07 juillet 2016

COMMENT SUICIDER SES SALARIÉS EN 10 LEÇONS

En 2007, je pondais ça:

suicides au travail 2007

 

 Nous sommes en 2016, mais l'opiniâtreté peut payer:

 

Suicides : le parquet demande le renvoi de la direction de France Télécom pour " harcèlement moral "

D'ici à trois ans, 22 000 salariés devront avoir quitté l'entreprise, 14 000 autres auront changé de poste. Soit une personne sur trois. " Ce sera un peu plus dirigiste que par le passé ", a admis Didier Lombard ce jour-là, mais " je ferai [ces départs] d'une façon ou d'une autre, par la fenêtre ou par la porte ".

http://www.lemonde.fr

 À propos de certains commentaires suivant l'article du monde:

 Réaliser d'indécents calculs comparatifs sur le "réel taux de suicides" au sein d'une entreprise est un manque de respect à l'égard des victimes et de leurs proches, (ne perdons pas de vue les conséquences d'un suicide).

 Prétendre "établir des faits" en chiffrant "la casse humaine" pour autre chose que rétablir la justice est au-delà de la sécheresse de coeur. Je crains que notre empathie collective n'ait effectué un séjour prolongé dans un bain de natron.

 On se plante de débat, là, chères calculettes humaines.

 Ça vous intéresse de savoir que vous comptez des morts, et que peut-être, autour de vous des personnes encore bien vivantes sont en train de subir les mêmes pressions? Que peut-être, vous pourriez empêcher un nouveau drame en regardant autour de vous et en manifestant votre désaccord? 

 Ce qui compte est de comprendre pourquoi et comment dans une société prétendue civilisée on autorise la destruction de vies humaines de façon organisée, systématique, implacable pour du PROFIT, et d'y trouver au plus vite des parades pour ne plus que ça se reproduise. 

 Car oui, depuis des décennies, ces méthodes assassines sont généralisées, oui, elles s'appliquent partout, sur toutes et tous. L'important n'est pas de réaliser des statistiques évaluant l'efficacité effroyable des techniques utilisées de telle ou telle entreprise, car ce serait les avaliser, admettre qu'elles sont la norme, et qu'on ne peut rien y faire.

 "Ha, tiens, France Télécom a fait deux suicides de mieux qu'EDF cette semaine."

 "Certes, mais ne perdez pas de vue qu'avec les accidents mortels au travail, EDF reste bien placé dans la suppression du personnel." 

 "Mmmmh, c'est assez juste, il faut que je revoie mes barèmes en tenant compte de cette variable. Il n'y a pas à dire, ces managements sont très performants."

 Je note tristement que les noms et les statuts de ces deux entreprises ont changé depuis, et que ces évènements ont eu lieu alors que le code du travail en vigueur était censé protéger les salariés. Je vous laisse imaginer ce que ce sera avec la nouvelle loi travail. 

 "C'est inadmissible!".

 Le terme est très en vogue chez un spécialiste du 49.3 en ce moment, il est repris en choeur par la piétaille médiatique et les crevards de base comme Gattaz, si prompts à s'indigner lorsqu'il s'agit de contester le fait que nous ne sommes pas des bipèdes qu'on peut tuer sans vergogne pour un peu plus de fric et de pouvoir. Eux non plus ne sont pas immortels.

 Réveillez-vous les gens!

 Paix, fleurs et chaleur.